Divers

4 février : journée mondiale contre le cancer

Chaque année, le 4 février représente une date très importante : c’est la journée mondiale contre le cancer. Le cancer constitue encore aujourd’hui la première cause de mortalité dans le monde, bien avant les guerres et autres catastrophes naturelles. Il fait beaucoup moins parler de lui, mais il tue. Pourtant, il se soigne. L’intérêt de cette journée est de faire prendre conscience de l’utilité d’un dépistage précoce permettant d’arriver à une guérison.
[br]

Le mot Cancer est un terme général appliqué à un grand groupe de maladies qui peuvent toucher n’importe quelle partie de l’organisme. L’une de ses caractéristiques est la prolifération rapide de cellules anormales qui peuvent essaimer dans d’autres organes, formant ce qu’on appelle des métastases.
[br]
cancer 4
[br]
De nombreux cancers peuvent être prévenus en évitant les principaux facteurs de risque, comme le tabagisme. À lui seul, le tabagisme est le facteur de risque cancéreux le plus important, entraînant dans le monde plus de 20% de la mortalité par cancer et environ 70% des décès par cancer du poumon. Un nombre significatif de cancers peuvent être soignés par la chirurgie, la radiothérapie et la chimiothérapie surtout s’ils sont détectés suffisamment tôt.
[br]
Comment réduire les risques de cancer ?
On a des connaissances étendues sur les causes du cancer, les interventions pour sa prévention et la prise en charge de la maladie. On peut réduire et endiguer le cancer en appliquant des stratégies fondées sur des bases factuelles pour la prévention, le dépistage précoce et la prise en charge des patients. Avec une détection précoce et un traitement adéquat, les chances de guérison sont grandes pour de nombreux cancers.
[br]
Modifier et éviter les facteurs de risque :
On pourrait éviter plus de 30% de la mortalité dûe au cancer en modifiant ou en évitant les principaux facteurs de risque, à savoir:
1) le tabagisme
2) la surcharge pondérale ou l’obésité
3) la consommation insuffisante de fruits et légumes
4) le manque d’exercice physique (sédentarité)
5) la consommation d’alcool
6) l’infection à HPV sexuellement transmissible
7) l’infection à virus HBV
8) les rayonnements ionisants et non ionisants
9) la pollution de l’air des villes
10) les fumées à l’intérieur des habitations dues à l’utilisation de combustibles solides par les ménages.
[br]
cancer3
[br]
Stratégies de prévention :
– éviter les facteurs de risque énumérés ci-dessus
– se vacciner contre le virus du papillome humain (HPV) et contre le virus de l’hépatite B (HBV)
– lutter contre les risques professionnels
– réduire l’exposition aux rayonnements non ionisants provenant des UV
– réduire l’exposition aux rayonnements ionisants (imagerie diagnostique professionnelle ou médicale).
[br]
Les dépistages précoces :
La détection et le traitement précoces des cas permettent de réduire la mortalité dûe au cancer. Un dépistage précoce comporte deux volets :
1) Diagnostic précoce :
La prise de conscience des premiers signes et symptômes ( pour des cancers comme celui de la peau, du col de l’utérus, du sein, du côlon et du rectum ou de la cavité buccale) afin de les diagnostiquer et de les traiter à un stade précoce. Le diagnostic précoce est particulièrement pertinent lorsqu’il n’y a pas de méthode efficace de dépistage ni – comme dans bon nombre de pays à revenu faible – d’intervention thérapeutique à conduire. En l’absence de détection ou de dépistage précoce, les patients sont diagnostiqués très tardivement au moment où le traitement curatif n’est plus envisageable.
2 ) Dépistage :
Il vise à repérer les personnes présentant des anomalies évocatrices d’un cancer particulier ou d’un stade précancéreux et à les adresser rapidement à la structure appropriée pour le diagnostic et le traitement. Les programmes de dépistage sont particulièrement efficaces pour les cancers fréquents, pour lesquels on dispose d’un test économique, d’un coût abordable, acceptable et accessible pour la majorité de la population exposée.
[br]
Exemples de méthodes de dépistage :
– test de dépistage du VPH pour le cancer du col de l’utérus
– la mammographie pour le dépistage du cancer du sein dans les milieux à revenu élevé ou intermédiaire.
[br]
Traitement :
L’exactitude du diagnostic est essentielle pour administrer un traitement adapté et efficace car chaque type de cancer nécessite un protocole spécifique comprenant une ou plusieurs modalités comme la chirurgie et/ou la radiothérapie, et/ou la chimiothérapie. L’objectif primordial est de guérir la maladie ou de prolonger la durée de vie. Améliorer la qualité de vie des patients est aussi un objectif de premier plan. Les soins de soutien ou les soins palliatifs et le soutien psychologique peuvent y contribuer.
[br]
Potentiel de guérison parmi les cancers se prêtant à une détection précoce :
Certains des types de cancer les plus répandus tels que le cancer du sein, le cancer du col de l’utérus, le cancer de la cavité buccale et le cancer colorectal présentent des taux de guérison plus élevés s’ils sont décelés et traités précocement conformément aux meilleures pratiques.
[br]
Potentiel de guérison pour certains autres cancers :
Certains types de cancer, bien que disséminés, tels que les leucémies et les lymphomes chez l’enfant, ou le séminome du testicule, présentent des taux de guérison élevés s’ils sont traités correctement.
[br]
Nombre de nouveaux cas par an :
355 000 nouveaux cas de cancers estimés l’année dernière : 200 000 hommes et 155 000 femmes.
L’âge médian au diagnostic est de 68 ans chez l’homme et 67 ans chez la femme.
[br]
Mortalité :
La mortalité par cancer a diminué au cours des vingt dernières années. Le cancer reste néanmoins la première cause de mortalité chez l’homme et la seconde chez la femme. En 2014, 148 000 décès par cancer ont été estimés : 85 000 chez l’homme et 63 000 chez la femme.
[br]
Cancers les plus fréquents chez l’homme :
1) prostate ( 53 000 nouveaux cas par an )
2) poumon (28 000 cas)
3) côlon-rectum (23 000 cas)
Cancers les plus fréquents chez la femme :
1) sein (49 000 cas)
2) côlon-rectum (19 000 cas)
3) poumon (11 000 cas)

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En haut
X