Non classé

Acte 2 : les larmes de tristesse

 

Finale de la ligue féminine retour de handball, Fleury était en déplacement à Metz, dans le fameux et sublime aréna. S’étant imposé 27-22 à l’aller, les fleuryssoises ne devaient pas s’incliner par plus de 5 buts d’écart.

Certes, c’était une montagne qui attendait le CJF : Metz, club au 17 titres de champion de France. Mais cette montagne, Fleury avait su au match aller la fissurer, la bousculer, la canaliser.
La première mi-temps, les deux équipes vont se donner coup pour coup : 8-8, 10-10, 11-11. Fleury a toutes les raisons d’y croire, le score est de 14-14 à la mi-temps. Encore 5 buts d’avance sur l’ensemble des matchs.

Au retour des vestiaires, Fleury est à 30 minutes peut être de son premier sacre. Mais voilà, la grosse panne fleuryssoise arrive. Pas un but pendant 10 longues minutes, de la 39ème à la 49ème. L’enjeu ? La peur de gagner ? L’inexpérience collective ?
Il est vrai que pour la majorité des filles de Fleury, c’est la première finale alors que Metz en joue tous les ans. Alors quand Paule Baudouin la messine concrétise son pénalty dans les derniers instants du match en permettant à son équipe de s’imposer 27-21, les coeurs fleuryssois éclatent en mille morceaux ainsi que ceux de l’ensemble des habitants du Loiret.

1-15052013-_MG_6709

27-21 : 6 buts d’écart. Un but de trop, un but qui fait mal, un but qui change tout.
Mais positivons ! C’est une nouvelle et belle équipe que nous avons vu cette année émerger. Une équipe qui jouait les play-downs saison passée et qui joue cette année un titre de champion de France. Tout simplement incroyable. Quelque chose nous dit que l’on va encore longtemps entendre parler du coup de patte des panthères de Fleury.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En haut
X