Culture

Rencontre avec l’équipe du film « La Vache »

Jamel Debbouze est venu à Orléans samedi 6 Février dernier présenter son nouveau film, La Vache. Élodie, l’une de vos reporters, s’est rendue à l’avant-première.
[br]
Ce film, dont l’histoire (un algérien traverse la France à pied avec sa vache Jacqueline pour rejoindre le salon de l’agriculture à Paris) ne me semblait pas attirante au premier abord, est un vrai petit bijou : il mêle émotion et humour (beaucoup d’humour !) et l’histoire de ce petit paysan m’a réellement touchée. Fatsah Bouyahmed, qui interprète Fatah, est un acteur talentueux vraiment attachant. Il porte le film à lui tout seul et Jamel Debbouze est mis au second plan, dans le rôle du beau-frère assez désagréable qui devient évidemment sympathique par la suite.
[br]
A la fin de la projection, le réalisateur Mohamed Hamidi, Fatsah Bouyahmed et Jamel Debbouze bien sûr, arrivent sous un tonnerre d’applaudissements dans la salle. Fatsah est acclamé de « Fatah ! Fatah ! », comme dans la dernière scène du film (qui a été tournée le dernier jour du tournage).

12736671_10153934364364921_1457943402_o

Puis, les questions fusent !

Mohamed Hamidi nous explique avoir choisi un paysan algérien car l’Algérie est le pays qu’il connaît le mieux après la France, mais que les scènes situées au bled ont été tournées au Maroc. Il nous raconte que le scénario a été imaginé pour la première fois il y a 3 ans, puis rédigé, avec l’aide de relecteurs, d’Avril 2012 à Septembre 2014, pendant plus de 2 ans ! Le tournage, lui, a duré 40 jours.

Le film sera diffusé au Maroc, suite à la présentation au festival du film à Casablanca. De plus, il nous confie qu’il a appelé la vache Jacqueline car, dans son enfance, lorsqu’une amie l’avait appelé, son père lui disait : « il y a encore une Jacqueline qui t’a téléphoné… »

Fatsah nous parle du tournage, assez particulier, avec une vache comme principale coéquipière. Fort heureusement, il existe au cinéma des spécialistes des animaux qui vont « coacher » ces plus ou moins grosses bêtes pour les besoins du film. Ce spécialiste-là a un « BEP vache », dit Jamel. Durant le tournage, Fatsah crée une relation avec l’animal jusqu’à comprendre certaines de ses émotions (« par exemple, lorsque sa respiration s’accélère, c’est un signe d’angoisse »). En revanche, il faut faire très attention à ses cornes et ses pattes (il se sera fait marcher sur les pieds, en claquettes ! Outch !). Fatsah conclut en disant : « Je n’ai jamais eu ni chien ni chat mais maintenant je veux une vache ! »

12751817_10153934364279921_483061018_o

Jamel ne tarit pas d’éloges sur ses deux camarades du film : Lambert Wilson représente « la gastronomie française » et tous ont eu un réel plaisir à travailler avec cet acteur qui est dans le métier depuis 35 ans ; et, parlant de Fatsah, Jamel nous dit « Je le trouve très comique et très touchant, c’est mon acolyte préféré ! »

Une dernière question à Jamel Debbouze qui aura fait rire toute la salle (petite pensée au jeune homme qui, pris d’un élan de stress et de timidité face à la star, a bien bafouillé comme il faut) :  » Quel conseil « donnereriez-vous » à quelqu’un qui désire percer dans le cinéma ? » Jamel lui répond alors : « Je lui « donneyerai » comme conseil : d’acheter un Bescherelle déjà… »

Puis, après des éclats de rire, Jamel redevient sérieux : « Un Bescherelle et surtout de l’envie et un travail acharné. »

12528576_10153934364344921_765682397_ojamel6

Les Orléanais remercient l’équipe du film pour leur venue dans notre superbe ville pour nous faire découvrir « La Vache ». Orléans Actu vous le conseille !
[br]
Vous lisez cet article sur un téléphone portable ? Voici le lien de la vidéo : https://youtu.be/TQUtBPhwxiE

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En haut
X